mercredi 16 mai 2018

L’Étang de la Peur - chronique n°8

L'avis de Leona Everhard

Bonjour,
Je vais aujourd’hui parler de cette chronique qui m’a offusqué, puisqu’elle fait allusion (certes habilement) à un éventuel plagiat ou à une réécriture de « sac d’os » de Stephen King, livre que je ne connaissais pas (j’avoue mon inculture).
La suffisance et le mutisme relevant du mode de communication de Léona Everhard (d’autres auteurs ont rencontré quelques soucis du même ordre avec elle) je vais finir par un trait d’humour :
La structure de mon livre étant achevée à la parution de « sac d’os », se pourrait-il que le Maître Stephen eût plagié mon roman? Je vais lui en toucher deux mots...

Voici ce que L. Everhard dit en substance :
Les adeptes du maître du genre y verront sans doute un plagiat ou une réécriture de Sac d’os. En effet, l’Étang de la peur reprend une bonne partie des points clé du bestseller. Néanmoins, il s’en différencie par son côté surnaturel nettement plus poussé. Ainsi, les disparitions en série ne représentent que la moitié du livre et le but de celui-ci n’est pas de mettre fin à une quelconque malédiction. Mais ça, je vous laisse le découvrir par vous-même.

Vous pouvez retrouver l'intégralité de la chronique ci-dessous :



Bonne journée